1199277508

 

Le bilan des 2 premières années du quinquennat Hollande est concentré dans les résultats de cette élection: un champ de ruines politiques et sociales. La gauche a perdu plus de 170 mairies de plus de 3500 habitants, dans tout le pays. Si le PS au gouvernement paie le prix fort du fait de sa politique antisociale perçue comme une formidable trahison, il entraîne malheureusement avec lui une partie de la gauche qui n'y est pour rien...

Quel est le bilan de ces élections municipales à Vitry-le-François ?

Il n'y avait aucune raison pour que dans notre commune de 13500 habitants, nous ne soyons pas également touchés par "la punition", d'une manière ou d'une autre. Mais au terme des 2 tours, Vitry-le-François reste la seule grande municipalité de gauche du département... Plusieurs remarques s'imposent. 

1. Comme partout ailleurs, la participation des vitryats a baissé. La désaffection a augmenté de 4% par rapport à 2008 et le taux d'abstention se situe maintenant dans une fourchette de haut niveau: 44,5% au 1er tour et 43% au second. Il est le signe des progrès d'une grande désespérance face au changement promis en 2012 et ajourné depuis. L'austérité "de gauche" a prolongé et renforcé l'austérité de droite subie durant de nombreuses années. Il est aussi le signe d'une véritable crise démocratique, particulièrement sensible chez les jeunes et chez les ouvriers et employés qui sont la majorité sociologique de notre ville. Les électeurs ont perdu tout repère, mais le Président, s'il a bien entendu le message ne l'a manifestement pas compris.

2. Le taux d'abstention se manifeste de façon différenciée selon les quartiers et trouve donc aussi des motifs locaux de s'exprimer. L'abstention est plus forte à Vitry-Ouest (Le Hamois surtout) avec 45,2% au 1er tour et 43,3 au second. Elle est moindre à Vitry-Est (Rome St Charles, où est concentrée une bonne part de l'immigration) avec 44,3% au 1er tour et 42,3% au second. Ces 2 cantons réagissent différemment au 2d tour, quand les abstentionnistes se mobilisent majoritairement à droite à Vitry-Ouest et majoritairement pour le maire sortant à Vitry-Est. Sans doute, n'ont-ils pas les mêmes choses à perdre et pas non plus le même sentiment d'abandon face aux réhabilitations des quartiers.

3. Au-delà des apparences superficielles, la gauche est devenue minoritaire à Vitry-le-François. Après les 51,23% en 2008, elle ne totalise que 48,4% (au 1er tour, et 47,25% au 2d) contre 51,6% pour la droite et l'extrême-droite (aggravé à 52,75% au 2d tour). Le Front de Gauche, qui avait pris la décision responsable de ne pas participer à la confusion avec une 3ème liste de gauche contre une droite unie et une extrême-droite en embuscade, avait parfaitement analysé la situation locale. Si le maire sortant retrouve son fauteuil, c'est grace à la triangulaire voulue par le FN (qui prend 3 sièges quand la droite en a 5). Les prochaines échéances électorales seront donc particulièrement difficiles dans le Pays Vitryat.  

4. Au 2d tour, l'extrême-droite qui se maintient résiste bien à l'érosion (-3,7% seulement) et se stabilise à plus de 22%. Le FN se renforce sur le bureau 4 de l'Hôtel de Ville et se consolide à Rome St Charles. Ses pertes profitent exclusivement à la droite. Les prochaines échéances électorales seront donc le théâtre d'une lutte acharnée pour l'hégémonie à droite.

5. L'électorat de la gauche non-gouvernementale était en partie représenté au 1er tour par la liste LO (5%). Il ne l'était plus au 2d tour, laissé à l'abandon sans consigne. Cela confirme l'échec prévisible de la stratégie de LO: malgré les objectifs louables affichés, il n'y aura désormais à la mairie qu'un écho étouffé des luttes et aucun ouvrier pour siéger au conseil municipal.

6. Notre démocratie est bien malade. Indépendamment de toute opinion partisane, il faudra expliquer aux citoyens par quel miracle notre "démocratie" a pu abuser les électeurs en attribuant 25 sièges (plus de 75% des 33 sièges du conseil municipal) à ceux qui n'ont obtenu que 47,25% des voix, tandis que ceux qui ont réuni 52,75% des suffrages se voyaient réduits à 8 sièges (moins de 25%) ! Cela met le siège pour la liste du maire à 75,76 voix de moyenne; le siège de droite à 243,2 voix et le siège d'extrême-droite à 344,66 voix... Quant à liste LO, avec 218 voix, elle n'a droit à rien ! C'est aussi cela que les français ne supportent plus.

Les plus modestes n'ont ni part à la répartition des richesses qu'ils créent (et on leur conteste maintenant leur "trop chère" protection sociale), ni part à la gouvernance de leur pays, cela à tous les niveaux. Il en irait tout autrement à la proportionnelle.

Vite, il nous faut conquérir la 6ème République qui figure au programme du Front de Gauche: "L'Humain d'abord !".

Voilà tout ce que le Président, avec son nouveau gouvernement sera incapable de réformer. Voilà aussi ce dont le maire sortant, qui a refusé le rassemblement de la gauche dès le 1er tour par calcul, se rend complice. Voilà ce qui sera au centre de nos préoccupations lors de la marche à Paris le 12 avril 2014 contre l'austérité, pour une juste répartition des richesses, contre l'extrême-droite ! Voilà aussi ce que nous porterons dans la campagne européenne pour le 25 mai.

Anna WILHELM, Jean GRAGNANO et Jean-Jacques POIGNANT. le 2 avril 2014.