140520_fessee_mtio

 

Il n'y a pas eu beaucoup de monde pour concurrencer sur le terrain la campagne de la poignée de militants du Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat sur les Elections 2014 au Parlement Européen. Ni les militants du PS, ni ceux de l'UMP n'ont été faire la moindre incursion sur le marché ou dans les quartiers. Les seuls militants que nous ayions croisés sont ceux de l'UDI, sur le marché jeudi dernier. Point de FN non plus, bien qu'il soit sur toutes les lèvres ou dans toutes les consciences... 

Quant à nous, que ce soit dans les quartiers de La Fauvarge, du Hamois, du Grand Parc, du Centre côté Jules Ferry, du centre côté Ferdinand Buisson, de Rome St Charles ou du Désert, de même que sur le marché ou au quartier Beauséjour à Frignicourt, nous avons rencontré durant nos tractages quelques 1500 de nos concitoyens. Ce fut l'occasion de discuter avec les gens et d'aborder un certain nombre de questions, comme le sens du vote, l'€uro, l'austérité, l'avenir de notre hôpital, ou même des mérites soupesés de quelques personnalités phares du Front de Gauche, telle Jean-Luc Mélenchon... 

Il faut dire que sur le marché on ne rencontre pas les mêmes gens que dans les quartiers. Sur le marché, on rencontre plus de ressortissants ruraux, tandis que dans les quartiers vitryats ou de la banlieue ce sont essentiellement des ouvriers et des employé-e-s... Sur le marché on nous a refusé de prendre notre tract 4 fois sur 5 alors qu'aux municipales ce n'était que 1 fois sur 5. Dans les quartiers c'étaient 2 refus sur 5, et donc aussi plus que lors des municipales.

Partout la déception, l'exaspération devant le sort fait aux gens modestes. Partout l'épuisement de cette permanente austérité.    

Je n'entrerai pas dans le détail et l'exaustivité de nos échanges. Je veux juste aborder 1 ou 2 réflexions qui reviennent en permanence dans nos rencontres.

C'est le cas déjà de cette affirmation chez les jeunes particulièrement, et plus encore chez les femmes: "voter, çà m'intéresse pas... De toute façon çà sert à rien !" Il y a même une jeune femme de 25-30 ans qui m'a dit à Rome St Charles que, pour elle, c'est une décision ferme et définitive pour toute sa vie. C'est une terrible condamnation de notre actuelle "démocratie". Il y a de quoi s'interroger: par quoi remplaceriez-vous cette démocratie malade ? J'ai une proposition extraite de "L'humain d'abord" avec l'avènement que je souhaite avec mes camarades d'une 6ème République... Mais il va falloir beaucoup expliquer. On ne peut que constater que la 5ème est aujourd'hui exangue.

C'est encore le cas de cette réplique à nos grands arguments, entendue notamment pour la première fois de la bouche d'une femme, à la Zup du Hamois: "l'Europe ? Il n'y a qu'une chose à faire, c'est revenir au franc !" Le passage du franc à l'euro a coûté extrêmement cher aux petites gens, mais on a réussi à faire croire à beaucoup qu'il faudrait faire le chemin inverse, qui coûterait au moins aussi cher. Sans compter que les effets espérés seraient très vite taris, parce que nos partenaires dans les échanges économiques et commerciaux sur l'arène internationale se dépècheraient de nous appliquer les "recettes" qu'ils auraient dû affronter de notre part... La question n'est pas l'euro, mais les politiques qu'on lui fait servir. C'est donc les responsables et les élus politiques d'Europe et des pays membres qui sont en cause. Or c'est eux que nous aurons en partie à désigner le 25 mai.

Ne nous trompons donc pas de problème et de colère lorsque nous irons voter, ceux qui irons voter... Parce qu'il n'est pas évident que les votants seront une majorité ce dimanche là. Et on le devra en grande partie aux médias, notamment radios et surtout télévisions. Ils ont totalement ignoré leur rôle d'éducation populaire devant cette échéance démocratique. Je donnerai la palme à FR3 et son "grand soir 3" particulièrement odieux dans les débats mis en scène. Tous les courants, sauf le front de gauche y auront pu s'expliquer. Et la caricature haineuse comme la malhonnêté intellectuelle du duo de 23 heures P. Loison+J-S. Fernandez a battu des records, lorsqu'ils ont systématiquement profité de l'absence du FdG banni, en assimilant les positions du Front de Gauche et celle du Front National !

Voilà longtemps qu'on n'avait pas autant ressenti l'information de la télévision publique comme une propagande de la plus grossière espèce. Eh bien c'est le cas en cette campagne européenne !

Jean-Jacques POIGNANT.