VITRYATS DEBOUTS !

21 septembre 2014

MERCI POUR CES MAMANS !

 

SAM_0621V2

VITRY-LE-FRANCOIS VEUT VIVRE...

Le rassemblement et la manifestation pour la défense de l'hôpital et contre la fermeture de la maternité de Vitry-le-François de samedi 20 septembre 2014 ont exprimé le puissant refus de la population de se résigner.

Après une première étape avec 215 personnes le 9 juin 2013 réunis à la salle des fêtes pour se lever contre les mauvais desseins de l'ARS (avec 8200 signatures sur une pétition), c'est cette fois-ci 500 personnes qui se sont rassemblées sur la Place d'Armes et plus de 460 qui ont défilé de 10 à 12H00, pour résister (avec plus de 11000 signatures sur une nouvelle pétition initiée le 28 juillet). Bravo à tous les présents et tant pis pour les absents !

Nous donnerons ici connaissance de la motion adoptée par acclamation et portée au Maire qui fut de gauche et ne soutient pas la démarche de lutte contre l'austérité et ses résultats locaux contre notre système de santé; puis au député (UDI) qui, bien qu'informé de la manifestation dès le 21 juillet a trouvé le moyen de ne pas recevoir la délégation qui lui portait la même motion. Cette même motion a été enfin portée en délégation au Sous-préfet de Vitry-le-François qui nous a réservé un bon accueil.

On ne lâche rien et on continue !

 

SAM_0605

 

 

SAM_0608

 

 

SAM_0609

 

SAM_0611

 

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2014

VITRY MANIFESTE POUR SON HÔPITAL DEMAIN 20 SEPTEMBRE...

... conformément à ses engagements, le Front de Gauche soutient  et participe !

10557351_621501554629845_1949800200602434533_n

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2014

DECLARATION COMMUNE DU FRONT DE GAUCHE...

 

10624873_550229345103838_8409514933412438738_n

"La coordination nationale du Front de Gauche a rendu publique, samedi [6 septembre 2014 - NDLR] à l'issue de l'assemblée de rentrée du mouvement, une déclaration qui appelle à la "constitution d'un très large front de résistance pour mettre en échec la politique du gouvernement".

"Au  plan politique, le Front de Gauche souhaite prendre les initiatives nécessaires à la convergence de celles et ceux qui veulent contribuer à un rassemblement majoritaire permettant de porter une alternative aux choix du pouvoir actuel", poursuit-elle, après avoir établi le diagnostic d'une "ligne suicidaire pour le pays et pour la gauche clairement assumée par François Hollande et Manuel Valls, mais aussi par le premier secrétaire du PS"."

Montreuil le 06/09/2014.

Fin de citation...

Notre commentaire: C'est clairement le signal de notre entrée dans l'opposition à un pouvoir qui a tourné le dos à ses engagements de 2012. Messieurs Hollande, Valls, Cambadélis et consorts ne nous font pas de "cadeaux": nous ne leur en ferons plus non plus !

Vitry-le-François, le 08/09/2014,

Le Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat.

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 14:02 - Commentaires [7] - Permalien [#]

04 septembre 2014

VIVEMENT LA 6EME REPUBLIQUE !

3960717023

UN PRESIDENT EXEMPLAIRE... DE CE QU'IL FAUT ABOLIR !

La République sombre dans les miasmes multiples et divers dus en partie au pouvoir exorbitant d'un homme seul sur tout un peuple...

La dernière manifestation des puanteurs et des pestillences du régime nous y incite encore plus nettement: il est temps maintenant de répudier la 5ème République pour convoquer la Constituante pour la 6ème République.

Vive le pouvoir du peuple ! Vive la démocratie intégrale !

FdG Vitry 51300

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 10:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 août 2014

REAGISSONS: DEFENDONS-NOUS ENSEMBLE !

imagesCACCEIOA

Depuis le début du mandat de François HOLLANDE, notre parti (communiste) ne cesse de revendiquer une politique de relance, notamment par une augmentation du pouvoir d'achat, une véritable politique de gauche.

Lors de la campagne des élections présidentielles, le candidat HOLLANDE avait promis de s'engager dans cette voie. C'est grace à cette promesse qu'il a été élu ! Devenu Président de la République (res-publica = la chose du peuple), François HOLLANDE a tourné le dos à ses engagements. Les électeurs ont été victimes d'un véritable abus de confiance. Trompés, déçus, ils subissent les effets désastreux des choix du Président.

Politique d'austérité pour les travailleurs et leurs familles; attaques sur la sécurité sociale et notamment la santé; remise en cause du Code du Travail; atteintes aux droits syndicaux et criminalisation de l'action syndicale... En contrepartie, cadeaux aux entreprises du CAC 40; réductions des cotisations patronales...

Le pouvoir n'accepte aucune proposition comportant un tant soit peu de justice sociale, y compris de la part de ses propres amis du PS. Ce Président a pour seule réussite à son actif d'avoir atteint très rapidement le plus haut niveau d'impopularité de tous les présidents de la Cinquième République. Joli record !

La situation de notre pays s'est tellement dégradée, qu'y compris parmi les membres du PS et parmi les membres du gouvernement, la révolte gronde. C'est un progrès que nous saluons avec espoir, parce que c'est un encouragement pour chacun de nous de participer à la bataille démocratique pour obtenir enfin des changements politiques, sans rejeter personne.

Parmi ceux qui ont soutenu les gouvernements socialistes, nombreux sont ceux qui souhaitent une autre politique, une politique non pas en faveur exclusive du capital, mais en faveur de la Nation ! Mais pour obtenir un véritable changement, il nous faudra exiger la modification des règles commerciales européennes, interdire la concurrence déloyale entre les nations. Oui à l'Europe des peuples ! Non à l'Europe du capital !

Aujourd'hui, les règlements de l'Europe permettent les délocalisations sans contrôle. Demain, l'entrée de l'Ukraine provoquera une nouvelle pression à la baisse des salaires (c'est çà aussi la baisse du coût du travail !) en France, grace aux nouvelles délocalisations vers ce nouveau futur membre ou associé de l'UE. La mise en concurrence des travailleurs européens par ce procédé est une invention du capitalisme soutenu par les pouvoirs en place, pour se survivre à lui-même et à sa crise.

Ensemble, nous devons rejeter cette méthode et les pouvoirs complices. Parce qu'il s'agit de notre vie et de notre avenir, ensemble nous devons construire l'alternative d'une véritable gauche ! 

Pour cela nous tendons la main aux électeurs et aux militants socialistes déçus.

Jean GRAGNANO, ancien résistant et membre du PCF.   

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 22:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 juillet 2014

JEAN JAURES... MORT POUR LA PAIX !

 

jaures_fantaisie_1_pdf_image

HOMMAGE À JEAN JAURES: VITRY-LE-FRANCOIS 31 JUILLET 2014

 

Jean Jaurès  été assassiné de 2 balles dans la tête tirées à bout portant, le 31 juillet 1914 au café du croissant à Montmartre, trois jours avant la déclaration de guerre de notre pays à l’Allemagne, il y a aujourd’hui tout juste 100 ans. Il n’avait pas 55 ans.

 

Son assassin, le rémois Raoul Villain se situait dans la mouvance de l’extrême droite. Il faut le savoir aujourd’hui, quand le FN prétend  annexer Jaurès en affirmant sur ses affiches que « Jaurès aurait voté FN » ! Son assassin a tué celui qui dépensait toutes ses forces pour prévenir et empêcher le déchainement de la guerre mondiale et des atrocités qu’il pressentait. Il a tué l’espoir d’un règlement pacifique des conflits en Europe. Et cet assassin n’a jamais été condamné par la Justice de notre pays !

 

Sans avoir jamais été un « pacifiste bêlant », Jean Jaurès est pour nous  le symbole de la lutte contre les guerres par l’appel à l’union de tous les travailleurs de tous les pays. Il est aussi un compagnon critique du marxisme, faisant de la résolution de la question sociale la condition pour que la République soit « le régime de tous par tous », qu’il nommait « le socialisme ».   

 

Jean Jaurès était un intellectuel rationnel et brillant : professeur, journaliste, puis parlementaire. Il fut élu plus jeune député de France à 26 ans et commençait alors un parcours politique d’abord modéré, mais s’affirmant plus progressiste au fur et à mesure des événements rencontrés en chemin, jusqu’à dire de lui-même : « je ne suis pas un modéré, je suis avec vous un révolutionnaire ».

 

À 33 ans, Jean Jaurès entre en lutte aux côtés des mineurs de Carmaux et de leur syndicat en grève contre le propriétaire le marquis de Solages. Finalement victorieux, il va au bout de son engagement au côté de la classe ouvrière en entrant en « socialisme », et en devenant l’artisan inlassable de l’unification de tous les courants socialistes de France en 1905…

 

Toute l’œuvre de Jean Jaurès (dont une remarquable « Histoire socialiste de la Révolution Française », de 7 tomes totalisant 4723 pages) témoigne de son désir ardent de libérer l’humanité… jusqu’à fonder le 18 avril 1904 le journal qui en porte le nom, notre journal. Jean Jaurès a porté partout le drapeau de l’émancipation sociale, de Carmaux à Albi, jusqu’à Nouzonville et Charleville dans les Ardennes aux confins de notre région de Champagne.

 

Lors de l’affaire Dreyfus (un bourgeois juif et militaire accusé et condamné sans preuve), aux côtés de Jules Guesde Jean Jaurès s’engage afin que chacun comprenne que le socialisme étant l’accomplissement de la justice, il ne fallait accepter aucune injustice. Il n’a eu de cesse que cette justice soit effectivement rendue au capitaine Dreyfus, contre l’Etat-major.

 

Lors du combat laïc du début du 20ème siècle, il devient avec son ami Francis de Pressencé l’un des principaux artisans de la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Il montre alors tout son sens du compromis. Mais, à l’inverse de ce que l’on peut entendre aujourd’hui par la voix de nos gouvernants, ce n’était pas pour accepter ou faire accepter des régressions sociales mais bien pour changer la société avec toujours la visée progressiste chevillée au corps.

 

En 1910, Jean Jaurès participe à la création des retraites ouvrières, premiers pas vers une sécurité sociale. S’il n’a jamais participé au pouvoir et à aucun gouvernement, il a toujours porté l’idée que les révolutionnaires devaient prendre toutes leurs responsabilités à condition que cela conduise vers le mieux et non pour accepter les pires reculs au nom du réalisme et de l’impuissance politique que nous déplorons aujourd’hui, lorsque François Hollande brade notre protection sociale, et particulièrement le système des retraites.

 

Certes, Jean Jaurès n’a pas connu que des réussites : il a aussi rencontré des échecs mais ne s’y est jamais résigné et a sans cesse poursuivi la lutte pour revenir plus fort.

 

À gauche aujourd’hui, ils ne sont plus très nombreux ceux qui au Parti socialiste se réclament de Jean Jaurès. D’ailleurs, que connaissent-ils de lui ?! Le Président de la République et le 1er Ministre actuel n’en font pas leur principale référence. Ils lui préfèrent Clémenceau, non pas le radical de l’affaire Dreyfus, mais celui de la répression antisociale et du jusqu’auboutisme guerrier. C’est ce qui fonde pour nous la différence et qui explique que nous ne cautionnerons pas le centenaire officiel de la fin de cette immense boucherie que fut 14-18, à Vitry-le-François aussi.

 

Pour les communistes, les militants du Front de Gauche et les syndicalistes conséquents, Jean Jaurès reste une référence majeure.

 

Parce que nous voyons d’abord en lui une image de la morale en politique, alors que celle-ci est trop souvent disqualifiée par les affaires, genre Cahuzac ou Sarkozy…

 

Nous y voyons le combattant pour la paix quand la guerre, et le mensonge à son propos, redevient le moyen d’assurer les intérêts  impérialistes dans le monde, comme c’est le cas en Ukraine captée par le FMI, et comme c’est le cas en Palestine par les crimes de masse contre  Gaza résistante et martyrisée…

 

Nous y voyons le champion de la justice sociale, alors qu’aujourd’hui toute réforme est devenue symbole de régression sociale, comme c’est le cas avec le Pacte de Responsabilité qui ponctionne 50 milliards d’€uros aux budgets publics et sociaux pour alimenter la rapacité des financiers, des actionnaires, des  spéculateurs… au dépends de la maternité de Vitry-le-François, pour prendre l’exemple le plus récent…

 

Nous y voyons le journaliste méticuleux et respectueux des grandes causes, lui qui a fondé l’indispensable journal des sans voix : « l’Humanité »…

 

Nous y voyons le militant de chaque instant, intègre jusqu’à mourir pour ses idées…

 

On nous dira que le Monde d’aujourd’hui n’est plus celui de Jaurès. Pourtant, le combat pour l’émancipation humaine n’est pas achevé et il s’inscrit dans un récit qui passe par la mémoire ineffaçable de Jaurès. Il dépend de nous de rappeler que Jean Jaurès est l’honneur de la gauche et l’honneur du socialisme. Au moment où ces mots deviennent des mots grossiers et chargés de renoncements, il faut les répéter sans relâche. Nous les communistes, nous les militants du Front de Gauche, nous les syndicalistes conséquents, nous en sommes les fiers continuateurs. Pas seulement de Jaurès, mais de Jaurès aussi.

Jean-Jacques POIGNANT.

 

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 19:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 juillet 2014

L'HOPITAL DE VITRY-LE-FRANCOIS, LA MATERNITE & LES ADEPTES DU NO-FUTURE !

accord_confiance_6e628_207x300

C'est difficile de s'y faire tant on espérait autre chose, mais dans la France de François Hollande, vous ne verrez plus le panneau "ici l'Etat investit pour vous". C'est pire depuis hier avec la nouvelle de la fermeture de la maternité de Vitry-le-François. Ses soutiens locaux, départementaux et régionaux n'ont rien fait pour empêcher ce nouveau mauvais coup porté au Pays Vitryat. Jean-Pierre BOUQUET a été réélu Maire, et 3 mois plus tard les promesses électorales sont effacées !

Rappels:

On se souvient pourtant de la réponse courroucée du Maire de Vitry-le-François alors en campagne électorale. Il s'agit de celle qu'il a faite aux 6 questions aux candidats aux élections municipales de mars 2014, adressées par notre Comité de Défense de l'Hôpital (CDCHVF). Le 12 février 2014 il concluait donc ainsi: "vous n'avez pas et vous n'aurez pas de meilleur allié que moi..."! Il n'avait pourtant pas répondu à la 1ère question posée au sujet de l'avenir de la maternité, du bloc opératoire et de la chirurgie, préférant faire diversion en accusant "le précédent gouvernement".

Or, en préambule de la rencontre mardi 8 juillet 2014 à Châlons entre une délégation de 11 membres du CDCHVF  et l'Agence Régionale de Santé (ARS), le Docteur Crochet Directeur Général Adjoint de l'ARS de Champagne-Ardenne a tenu à préciser que c'est conjointement le Directeur Général Monsieur Paille, Le Maire Monsieur Bouquet et le Sous-préfet Monsieur Maille qui ont pris la décision de revendiquer la fermeture de la maternité (et sa conversion en CPP) après un vote positif intervenu le 07 juillet au soir, dans un rapport 2/3 pour à 1/3 (contre et abstention) lors de la Commission Spécialisée de l'Offre de Soins de la Conférence Régionale de Santé et d'Autonomie de Champagne-Ardenne.

Ainsi, les gestionnaires loyaux du système poursuivent le travail de casse du patrimoine historique et social héritée en particulier du CNR. Ils conduisent ainsi tranquillement le pays à la ruine au nom de "la bonne gestion".  

Comment en est-on arrivé là ?

La Direction de l'ARS évoque 3 raisons principales. En réalité, celle qui nous a été présentée en 3ème a déterminé la décision: "les très grandes difficultés financières de l'établissement".

Dans le cours du débat entre l'ARS et le CDCHVF, il a été évoqué un déficit annuel constant à 2,5 millions d'€uros (pour un budget global annuel de 35 millions d'€), malgré les Plans de Retour à l'Equilibre (PRE) successivement mis en oeuvre. La maternité compterait à elle-seule pour 1,1 million d'€ dans la facture.

Qui est responsable ?

Pour nous , c'est un ensemble de dispositions qui se sont accumulées.

-> Le Plan Juppé (1995) avait mis en cause la structure budgétaire des établissements publics;

-> le Plan Mattéi avait instauré la tarification à l'activité (T2A) et l'état prévisionnel des recettes et des dépenses (ERPD) qui ont marchandisé notre système de santé et l'ont conduit à l'obligation de recourir à l'emprunt, ouvrant ainsi un énorme marché à la finance.

-> Il y a encore la loi HPST de Mme Bachelot qui a accéléré le recul du service public et de la démocratie sanitaire et sociale.

-> Il y a enfin le nouveau pouvoir issu des élections de mai-juin 2012 (et en particulier le Ministère de la Santé sous la responsabilité de Mme Touraine), qui a continué sciemment à faire fonctionner notre système de santé et de soins sous les mêmes règles assassines.

Les différents PRE qui se sont succédés à Vitry ont enchaîné des suppressions de services et de postes de travail (programmées jusqu'en 2017 !) aggravant à l'extrême les conditions de travail de tous les personnels et amplifiant les risques sanitaires, aujourd'hui instrumentalisés pour "justifier" une nouvelle amputation du potentiel de notre hôpital (voir la conférence de presse du 08/07/2014 au matin et la relation du journal "L'Union" le 09/07).

Tout cela sans alléger l'hôpital du boulet de "sa" dette (légitime et illégitime) - entre 11 et 14 millions d'€uros...

Nos exigences:

1. Nous exigeons l'annulation de la disparition programmée de la maternité qui existe ici depuis des siècles.

2. Nous exigeons un audit public de la dette du Centre hospitalier pour connaître exactement le montant de la dette et ce que représente le service de la dette (les intérêts qui sont pour nous illégitimes); pour connaître encore le montant total de l'emprunt, sa durée et son taux, de même que le nom de ceux qui prêtent et pour quels avantages.

3. Nous exigeons l'abrogation d'HPST et de la T2A, pour un retour à un financement démocratique mutualisé des établissements, échappant aux apétits de la finance et à la mise en concurrence public/privé.

4. Nous exigeons  un débat national pour une réorganisation démocratique du système public de santé, dans le respect du principe de proximité et de l'exigence de qualité.

5. Nous exigeons enfin le retour à une gestion territorialisée démocratique du système de santé  et de sécurité sociale, passant par l'élection des administrateurs des caisses par l'ensemble des assurés sociaux.

Il est bien évident que tout cela ne pourra se faire sans les luttes sur le terrain et sans le vote à gauche sur un programme vraiment de gauche !

Jean-Jacques POIGNANT,

participant à la délégation du CDCHVF à l'ARS le 08/07/2014 et

co-porte parole du Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat.

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 14:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]

24 mai 2014

À VITRY LE 25 MAI, POUR UNE EUROPE DES PEUPLES ET NON PAS L'EUROPE DE LA FINANCE !

 

140520_fessee_mtio

 

Il n'y a pas eu beaucoup de monde pour concurrencer sur le terrain la campagne de la poignée de militants du Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat sur les Elections 2014 au Parlement Européen. Ni les militants du PS, ni ceux de l'UMP n'ont été faire la moindre incursion sur le marché ou dans les quartiers. Les seuls militants que nous ayions croisés sont ceux de l'UDI, sur le marché jeudi dernier. Point de FN non plus, bien qu'il soit sur toutes les lèvres ou dans toutes les consciences... 

Quant à nous, que ce soit dans les quartiers de La Fauvarge, du Hamois, du Grand Parc, du Centre côté Jules Ferry, du centre côté Ferdinand Buisson, de Rome St Charles ou du Désert, de même que sur le marché ou au quartier Beauséjour à Frignicourt, nous avons rencontré durant nos tractages quelques 1500 de nos concitoyens. Ce fut l'occasion de discuter avec les gens et d'aborder un certain nombre de questions, comme le sens du vote, l'€uro, l'austérité, l'avenir de notre hôpital, ou même des mérites soupesés de quelques personnalités phares du Front de Gauche, telle Jean-Luc Mélenchon... 

Il faut dire que sur le marché on ne rencontre pas les mêmes gens que dans les quartiers. Sur le marché, on rencontre plus de ressortissants ruraux, tandis que dans les quartiers vitryats ou de la banlieue ce sont essentiellement des ouvriers et des employé-e-s... Sur le marché on nous a refusé de prendre notre tract 4 fois sur 5 alors qu'aux municipales ce n'était que 1 fois sur 5. Dans les quartiers c'étaient 2 refus sur 5, et donc aussi plus que lors des municipales.

Partout la déception, l'exaspération devant le sort fait aux gens modestes. Partout l'épuisement de cette permanente austérité.    

Je n'entrerai pas dans le détail et l'exaustivité de nos échanges. Je veux juste aborder 1 ou 2 réflexions qui reviennent en permanence dans nos rencontres.

C'est le cas déjà de cette affirmation chez les jeunes particulièrement, et plus encore chez les femmes: "voter, çà m'intéresse pas... De toute façon çà sert à rien !" Il y a même une jeune femme de 25-30 ans qui m'a dit à Rome St Charles que, pour elle, c'est une décision ferme et définitive pour toute sa vie. C'est une terrible condamnation de notre actuelle "démocratie". Il y a de quoi s'interroger: par quoi remplaceriez-vous cette démocratie malade ? J'ai une proposition extraite de "L'humain d'abord" avec l'avènement que je souhaite avec mes camarades d'une 6ème République... Mais il va falloir beaucoup expliquer. On ne peut que constater que la 5ème est aujourd'hui exangue.

C'est encore le cas de cette réplique à nos grands arguments, entendue notamment pour la première fois de la bouche d'une femme, à la Zup du Hamois: "l'Europe ? Il n'y a qu'une chose à faire, c'est revenir au franc !" Le passage du franc à l'euro a coûté extrêmement cher aux petites gens, mais on a réussi à faire croire à beaucoup qu'il faudrait faire le chemin inverse, qui coûterait au moins aussi cher. Sans compter que les effets espérés seraient très vite taris, parce que nos partenaires dans les échanges économiques et commerciaux sur l'arène internationale se dépècheraient de nous appliquer les "recettes" qu'ils auraient dû affronter de notre part... La question n'est pas l'euro, mais les politiques qu'on lui fait servir. C'est donc les responsables et les élus politiques d'Europe et des pays membres qui sont en cause. Or c'est eux que nous aurons en partie à désigner le 25 mai.

Ne nous trompons donc pas de problème et de colère lorsque nous irons voter, ceux qui irons voter... Parce qu'il n'est pas évident que les votants seront une majorité ce dimanche là. Et on le devra en grande partie aux médias, notamment radios et surtout télévisions. Ils ont totalement ignoré leur rôle d'éducation populaire devant cette échéance démocratique. Je donnerai la palme à FR3 et son "grand soir 3" particulièrement odieux dans les débats mis en scène. Tous les courants, sauf le front de gauche y auront pu s'expliquer. Et la caricature haineuse comme la malhonnêté intellectuelle du duo de 23 heures P. Loison+J-S. Fernandez a battu des records, lorsqu'ils ont systématiquement profité de l'absence du FdG banni, en assimilant les positions du Front de Gauche et celle du Front National !

Voilà longtemps qu'on n'avait pas autant ressenti l'information de la télévision publique comme une propagande de la plus grossière espèce. Eh bien c'est le cas en cette campagne européenne !

Jean-Jacques POIGNANT.  

 

 

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 10:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 avril 2014

À VITRY COMME AILLEURS, "IL N'EST PIRE SOURD QUI NE VEUT ENTENDRE"...

1199277508

 

Le bilan des 2 premières années du quinquennat Hollande est concentré dans les résultats de cette élection: un champ de ruines politiques et sociales. La gauche a perdu plus de 170 mairies de plus de 3500 habitants, dans tout le pays. Si le PS au gouvernement paie le prix fort du fait de sa politique antisociale perçue comme une formidable trahison, il entraîne malheureusement avec lui une partie de la gauche qui n'y est pour rien...

Quel est le bilan de ces élections municipales à Vitry-le-François ?

Il n'y avait aucune raison pour que dans notre commune de 13500 habitants, nous ne soyons pas également touchés par "la punition", d'une manière ou d'une autre. Mais au terme des 2 tours, Vitry-le-François reste la seule grande municipalité de gauche du département... Plusieurs remarques s'imposent. 

1. Comme partout ailleurs, la participation des vitryats a baissé. La désaffection a augmenté de 4% par rapport à 2008 et le taux d'abstention se situe maintenant dans une fourchette de haut niveau: 44,5% au 1er tour et 43% au second. Il est le signe des progrès d'une grande désespérance face au changement promis en 2012 et ajourné depuis. L'austérité "de gauche" a prolongé et renforcé l'austérité de droite subie durant de nombreuses années. Il est aussi le signe d'une véritable crise démocratique, particulièrement sensible chez les jeunes et chez les ouvriers et employés qui sont la majorité sociologique de notre ville. Les électeurs ont perdu tout repère, mais le Président, s'il a bien entendu le message ne l'a manifestement pas compris.

2. Le taux d'abstention se manifeste de façon différenciée selon les quartiers et trouve donc aussi des motifs locaux de s'exprimer. L'abstention est plus forte à Vitry-Ouest (Le Hamois surtout) avec 45,2% au 1er tour et 43,3 au second. Elle est moindre à Vitry-Est (Rome St Charles, où est concentrée une bonne part de l'immigration) avec 44,3% au 1er tour et 42,3% au second. Ces 2 cantons réagissent différemment au 2d tour, quand les abstentionnistes se mobilisent majoritairement à droite à Vitry-Ouest et majoritairement pour le maire sortant à Vitry-Est. Sans doute, n'ont-ils pas les mêmes choses à perdre et pas non plus le même sentiment d'abandon face aux réhabilitations des quartiers.

3. Au-delà des apparences superficielles, la gauche est devenue minoritaire à Vitry-le-François. Après les 51,23% en 2008, elle ne totalise que 48,4% (au 1er tour, et 47,25% au 2d) contre 51,6% pour la droite et l'extrême-droite (aggravé à 52,75% au 2d tour). Le Front de Gauche, qui avait pris la décision responsable de ne pas participer à la confusion avec une 3ème liste de gauche contre une droite unie et une extrême-droite en embuscade, avait parfaitement analysé la situation locale. Si le maire sortant retrouve son fauteuil, c'est grace à la triangulaire voulue par le FN (qui prend 3 sièges quand la droite en a 5). Les prochaines échéances électorales seront donc particulièrement difficiles dans le Pays Vitryat.  

4. Au 2d tour, l'extrême-droite qui se maintient résiste bien à l'érosion (-3,7% seulement) et se stabilise à plus de 22%. Le FN se renforce sur le bureau 4 de l'Hôtel de Ville et se consolide à Rome St Charles. Ses pertes profitent exclusivement à la droite. Les prochaines échéances électorales seront donc le théâtre d'une lutte acharnée pour l'hégémonie à droite.

5. L'électorat de la gauche non-gouvernementale était en partie représenté au 1er tour par la liste LO (5%). Il ne l'était plus au 2d tour, laissé à l'abandon sans consigne. Cela confirme l'échec prévisible de la stratégie de LO: malgré les objectifs louables affichés, il n'y aura désormais à la mairie qu'un écho étouffé des luttes et aucun ouvrier pour siéger au conseil municipal.

6. Notre démocratie est bien malade. Indépendamment de toute opinion partisane, il faudra expliquer aux citoyens par quel miracle notre "démocratie" a pu abuser les électeurs en attribuant 25 sièges (plus de 75% des 33 sièges du conseil municipal) à ceux qui n'ont obtenu que 47,25% des voix, tandis que ceux qui ont réuni 52,75% des suffrages se voyaient réduits à 8 sièges (moins de 25%) ! Cela met le siège pour la liste du maire à 75,76 voix de moyenne; le siège de droite à 243,2 voix et le siège d'extrême-droite à 344,66 voix... Quant à liste LO, avec 218 voix, elle n'a droit à rien ! C'est aussi cela que les français ne supportent plus.

Les plus modestes n'ont ni part à la répartition des richesses qu'ils créent (et on leur conteste maintenant leur "trop chère" protection sociale), ni part à la gouvernance de leur pays, cela à tous les niveaux. Il en irait tout autrement à la proportionnelle.

Vite, il nous faut conquérir la 6ème République qui figure au programme du Front de Gauche: "L'Humain d'abord !".

Voilà tout ce que le Président, avec son nouveau gouvernement sera incapable de réformer. Voilà aussi ce dont le maire sortant, qui a refusé le rassemblement de la gauche dès le 1er tour par calcul, se rend complice. Voilà ce qui sera au centre de nos préoccupations lors de la marche à Paris le 12 avril 2014 contre l'austérité, pour une juste répartition des richesses, contre l'extrême-droite ! Voilà aussi ce que nous porterons dans la campagne européenne pour le 25 mai.

Anna WILHELM, Jean GRAGNANO et Jean-Jacques POIGNANT. le 2 avril 2014.


Posté par VITRYATS DEBOUTS à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2014

LE 2ème TOUR MUNICIPAL 2014 DANS LA CAPITALE DU PERTHOIS...

 

1282959172

 

2ème TOUR À VITRY: ON BARRE LA ROUTE À LA DROITE ET L’EXTRÊME-DROITE !

Au terme du 1er tour des élections municipales à Vitry-le-François, l’analyse du Front de Gauche/Front Citoyen Vitryat a été pleinement validée.

Nationalement, le niveau d’abstention et le score de la gauche gouvernementale traduisent le profond désaveu des électeurs vis-à-vis de la politique d’austérité de F. Hollande qui aggrave celle de N. Sarkozy, seulement 2 ans après que le PS ait obtenu tous les pouvoirs (présidence, assemblée, sénat, régions). La gauche ne totalise que 38% contre 46,5% à la droite…

Cette politique reçoit sa sanction particulière à Vitry-le-Françoisdroite et extrême-droite totalisent 51,6% contre 48,4% à la gauche. L’abstention s’est accrue de +5,5% (+9,5 à L. Pasteur 2 et +9% à La Haute Borne) principalement dans la jeunesse, passant de 39% en 2008 à 44,5% en 2014. Si le PS sortant est en tête dans 8 bureaux, il n’y obtient la majorité absolue que dans 2 des 10 bureaux (à Rome St-Charles et au Hamois - L. Pasteur 1). Jean-Pierre BOUQUET perd 7,81% entre 2008 et 2014. Il paie en partie la politique gouvernementale (TVA, APL, plans sociaux, quasi gel du SMIC et gel des pensions, etc.) mais aussi son incapacité à rassembler la gauche au 1er tour.

Paradoxalement, la droite perd 15,64% de ses voix de 2008, malgré un contexte national qui lui est favorable. Cela traduit la défiance de notre population pour sa tête de liste, mais aussi pour ses colistiers, de catégories sociales privilégiées, très éloignées de l’image de notre population. Les électeurs vitryats ne s’y sont  pas trompés: ils ont pratiqué un vote de classe.

Le refus de cette politique s’est cristallisé dans un fort vote FN qui puise les 2/3 de ses forces dans l’électorat de la droite vitryate de 2008, malgré un programme inquiétant par son absence de consistance et antipopulaire (logement social, impôts locaux, services publics dont l’hôpital…). Voter pour le FN c’est se tirer une balle dans le pied !

Dans ces conditions, nous considérons comme une lâcheté le fait que les électeurs de la liste Lutte Ouvrière (dont un certain nombre d'entre nous font partie) soient abandonnés au milieu du gué sans indication de vote au 2ème tour. Dimanche 30 mars 2014, il faut empêcher les bourgeois de la liste de droite et les partisans du viticulteur parachuté de Cramant de reprendre notre mairie. Il faut les empêcher d’aggraver l’austérité : en ajoutant de l’austérité à la mairie en plus de l’austérité de l’Etat !

Ce n'est pas en faisant un bon en arrière qu'on avance sur le chemin difficile du progrès. Donc ne nous trompons pas de colère... Au 2ème tour, pour barrer la route à la droite et l’extrême droite avec le seul bulletin qui nous reste, il faut voter Jean-Pierre BOUQUET !

 

Anna WILHELM, Jean GRAGNANO et Jean-Jacques POIGNANT.

 

Posté par VITRYATS DEBOUTS à 01:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]